Imprimer

Accueil » Documents » Textes » Portrait : Maximilien Kolbe

Portrait : Maximilien Kolbe

Mort à Auschwitz, le 14 Août 1941.

Béatifié par Paul VI le 17 octobre 1971.

Canonisé par Jean-Paul II le 10 octobre 1982.

 

Biographie

Alors qu'il n'a que 11 ans, la Vierge Marie apparaît au petit Raymond en lui présentant une couronne blanche et une couronne rouge. Et lorsqu'elle demande à l'enfant de choisir l'une d'entre elles, la blanche signifiant qu'il persévérerait dans la pureté et la rouge qu'il serait martyr, Raymond les accepte toutes les deux. Quelques années plus tard, il entre chez les Franciscains, prend le nom de frère Maximilien, accède à la prêtrise et poursuit de hautes études qui feront de lui un docteur en philosophie et en théologie. Tourmenté par une tuberculose pulmonaire, le père Maximilien Kolbe enseigne pourtant l'histoire de l'Eglise au séminaire franciscain de Cracovie et parvient à fonder, avec quelques amis, une "Mission de l'Immaculée" destinée à spiritualiser le monde. Mission qui compte à l'heure actuelle plus de 4 millions de membres dans le monde !

 

Aussi, en 1922, Maximilien s'en remet totalement à Marie pour trouver les moyens financiers de lancer une revue. C'est ainsi que "Le Chevalier de l'Immaculée", bulletin qui soutient et défend les "petites gens", sera édité chaque mois à des millions d'exemplaires. Fort de cette expérience, il entreprend avec quelques frères la construction d'un couvent faisant office de maison d'édition sans savoir que cette "Niepokalanow", "Cité de l'immaculée", deviendra le plus grand couvent du monde. Et c'est en prophète des temps modernes qu'il entend répandre la Parole d'Amour par les moyens de son époque : une imprimerie perfectionnée et une station de radio. Ce qui ne l'empêche pas de se rendre aux quatre coins du monde pour fonder d'autres "Cités" et publier sa revue…

 

C'est alors que la couronne blanche cède la place à la couronne du martyre. Celui qui sera canonisé 40 ans plus tard est arrêté en 1940 par la Gestapo. Emprisonné au camp d'Auschwitz, Maximilien oublie ses souffrances par Amour de ses compagnons et organise notamment des prières quotidiennes. " Seul l'Amour est force de création " leur dit-il afin de les extraire du cercle infernal de la haine. Et lorsqu'une douzaine de détenus sont condamnés à mourir de faim et de soif dans un bunker souterrain, Maximilien prend volontairement la place d'un père de famille et accompagne jusqu'au dernier moment le martyre de tous ses compagnons. Achevé par une injection d'acide à l'âge de 47 ans, son corps sera brûlé le lendemain, un 15 août, jour de la glorification de Marie. Pour que Dieu se fasse connaître, disait-il, il fallut le Fils ; pour que le Fils se fasse connaître, il fallut l'œuvre de l'Esprit Saint et pour que ce dernier se manifeste, il fallut Marie...

 

Et nous, nous pensons que pour aimer Marie, pour nous unir à elle au point de manifester à notre tour l'Esprit Saint et enfanter en nous " notre doux Jésus, Dieu ", il nous fallait l'Amour du père Kolbe… " L'Amour ne se repose jamais, il tend à se répandre comme un feu dévorant " disait Maximilien qui a manifesté l'Esprit Divin jusque dans les affres de l'enfer. Comment, devant tant de foi et de détermination, ne pas trouver la force de porter notre propre croix ?

 

Témoignage

Cher Père Thomas,

(…) Alors, Maximilien Kolbe m'est venu à l'esprit. Son choix généreux fut une source d'inspiration encore plus grande. C'est un prêtre qui a donné sa vie pour un prisonnier au camp de concentration d'Auschwitz. Il était prêt à mourir pour qu'un prisonnier, père de famille, ne soit pas exécuté.

 

Connu pour son sacrifice héroïque et son grand travail missionnaire, il a fondé la Militia Immaculatae', qui a des millions de membres consacrés à Marie tout autour de la terre. Maximilien Kolbe est un des premiers saints canonisés par le pape Jean Paul II.

 

Certains ont critiqué le Saint Père pour cette canonisation car aucun miracle n'est venu " prouver " sa sainteté. Mais la preuve évidente, bien sûr, est que sa vie était un miracle de générosité. Cette générosité est un très bel exemple pour nous, dans le monde égoïste où nous vivons.

 

Mais, qu'est ce qui inspira Maximilien Kolbe ? C'était le Saint Sacrement, cher Thomas. Il parlait à ses confrères dans la communauté de Niepokalanow de Jésus au Saint Sacrement comme " le premier frère et l'époux des âmes, présent dans l'Eucharistie ; il nous fait frères, il réchauffe nos cœurs d'amour mutuel. "

 

En parlant de l'adoration perpétuelle il dit : " là coule un courant ininterrompu de prière. La prière est la plus grande puissance de l'univers, capable de transformer chacun de nous, capable de changer la face de la terre. "

 

Voilà ce qui a inspiré le Père Kolbe d'échanger sa place avec un prisonnier. Il avait médité d'innombrables fois sur cette vérité de la présence de notre Seigneur. Jésus choisit la mort sur la croix pour que nous puissions avoir la plénitude de la vie au Saint Sacrement. Il choisit la haine pour que nous soyons remplis de son amour. Il choisit d'être blessé sans reconnaissance pour que nous soyons guéris jusqu'à la perfection. Il choisit les ténèbres de l'abîme terrible pour que nous ayons la lumière et la joie de sa présence réelle. Il choisit l'agonie d'être totalement abandonné du ciel pour que nous l'ayons toujours, lui, l'Emmanuel, avec nous sur terre.

 

Le Père Kolbe disait à ses frères. 'Tous les jeunes frères doivent essayer d'imiter le premier frère, Jésus au Saint Sacrement.'

 

Et c'est ce que le Père Kolbe fit lui-même en échangeant sa vie avec le prisonnier. Le plus grand effet qu'avait sur lui la dévotion au Saint Sacrement était l'IMITATION. Nous ne serons probablement pas appelés à un tel acte de générosité, mais nous sommes appelés tous les jours à des petits actes de générosités, qui doivent tous être inspirés et influencés par le plus grand acte de générosité de tous, le témoignage de l'amour désintéressé de Jésus au Très Saint Sacrement.

 

Mgr Pepe