Imprimer

Accueil » Histoire » Scoutisme à Paris » Troupes Marines

Histoire des Troupes Marines

Troupes

1ère - 2ème - 3ème - 4ème - 5ème - 6ème

 

1ère Paris marine (d’abord 96ème et 138ème) — 2ème marine — 3ème marine — 4ème marine

Charcot.

1946 — aujourd’hui (S. d. F.).

 

1ère Paris

La 1ère Paris marine est l’ancienne 138ème (Charcot) marine, indépendante après 1945, période où l’on commence à numéroter séparément les troupes marines, affiliée à la rentrée de 1947. Elle a alors perdu le trois-mâts amarré au Point-du-Jour qui lui servait de base, victime d’un bombardement, mais, sous l’impulsion de Jean Sacla, elle se développe rapidement. Dans les années qui suivent, la troupe récupère de beaux canots dériveurs provenant du lac de Constance où ils avaient servi à la Jeunesse hitlérienne. Le groupe s’installe vers 1950 à Levallois-Perret. Gérard d’Aboville y est scout dans les années 1960, époque où la troupe a pris le nom d’« Amyot d’Inville ». En 1955-1959, son aumônier est le père Yves-Dominique Mesnard o. p., proposé par le père Forestier ; il prend en même temps l’aumônerie nationale de la Passerelle. En 1959, le père Mesnard fonde l’association éducative Jeunesse et marine, qui restera longtemps (jusqu’aux années 1980) liée au mouvement.

2ème Paris

La 2ème Paris marine remonte au moins à 1950. Elle est attestée en 1953. Il s’agit peut-être de la troupe « Jean de Vienne » de la province Sainte-Geneviève.

3ème Paris

La 3ème Paris marine est créée à la rentrée de 1954 par Jean Sacla. Gérard d’Aboville y est scout. Cette troupe reste d’esprit unitaire avec l’aide de la 27ème (Saint-Philippe-du-Roule) qui l’accompagne vers 1980 ; elle a disparu depuis.

4ème Paris

La 4ème Paris marine (rouge, bande grise) est attestée comme poste pionnier marin en 1967. Elle donne un long article au Scout-Pionnier n° 22. Elle existe toujours, mais elle est passée à Sainte-Clotilde, qui n’avait plus les 13ème et 14ème, à une date inconnue. C’est une troupe très traditionnelle pour les S. d. F. — à commencer par ce nom de « troupe », avec des « équipages », etc. — et rien, en fait, sauf la limite inférieure de l’âge à quatorze ans, ne la distingue d’une troupe S. U. F. ; elle a conservé la totalité des rites, traditions et vocabulaire anciens. Les autres troupes de Charcot, 1ère, 2ème et 3ème, ont disparu.

 

La question de la réforme de 1964 ne s’est pas posée pour les troupes marines, puisque la division en mousses et marins date de 1954, que le règlement précédent n’admettait pas de scouts-marins avant quatorze ans et que les groupes ne sont toujours pas coéduqués.

 

Revenir en haut de page

5ème Paris marine — 6ème marine

Jacques Cartier et Dumont d’Urville.

1958 — aujourd’hui (S. d. F.).

 

5ème Paris

La 5ème Paris marine est fondée en 1958 par les anciens des 10ème et 12ème Casablanca, troupes du couvent des Dominicains, 132ème et 133ème Raiders. Les bateaux sont basés à Évry, près du couvent dominicain du Saulchoir. Elle est affiliée en novembre 1959, sous le nom de 5ème Paris marine, mais au sein de la province Notre-Dame-Royale, ce qui est assez paradoxal ! Une des dernières grandes crues de la Seine menace de détruire la flottille en 1963. La même année, la troupe envisage le dédoublement, et elle bénéficie des bateaux rapatriés de Casablanca lors de la dissolution du groupe Jacques Cartier en 1965. La 5ème disparaît dans les années 1970, en même temps, sans doute, que le Saulchoir.

6ème Paris

La 6ème Paris marine est créée par dédoublement en 1966. Elle s’installe à Paris, les bateaux étant à Bry-sur-Marne, puis à Saint-Maurice. Elle conserve le nom de « Jacques Cartier ». Elle donne naissance à un groupe marin « Dumont d’Urville » en 1982, installé à Saint-Jean-Baptiste-de-La-Salle et reprenant le numéro de la 5ème (les mousses font la couverture du n° 7 de Scout cette année-là) et à une 8ème marine, féminine, en 1993. En 2002, 5ème et 6ème fusionnent ; en 2004, la 5ème-6ème est très affaiblie.

Revenir en haut de page