Imprimer

Accueil » Histoire » Scoutisme à Paris » Troupes 50ème à 59ème PARIS

Histoire des troupes 50ème à 59ème PARIS

Troupes

50ème - 51ème - 52ème - 53ème - 54ème - 55ème - 56ème - 57ème - 58ème - 59ème - 88ème - 95ème - 129ème - 139ème - 156ème - 159ème - 212ème - 251ème - 256ème - 351ème

 

50ème Paris

c.f. 25ème (Montalembert).

 

Revenir en haut de page

51ème — 251ème — 351ème Paris

Paroisse Saint-Eustache (« Les Halles »).

1928 — années 1980 (S. U. F. 1971).

Paris Centre II. — Saint-Denys (Louvre).

 

51ème Paris

La 51ème Paris, dite « 1ère les Halles » (vert, bande orange) est fondée en milieu populaire en janvier 1928. Elle est mentionnée en 1928 (camp de Pâques, le premier, à Chamarande), 1929 (été à Birkenhead), 1934 et 1935. En juin 1937, Joubert raconte dans Scout les camps de Pentecôte de 1935, 1936 et 1937 de la 51ème et du reste du district de Paris centre II au château de Gillevoisin, près de Chamarande, devenu peu à peu le « pays d’Escarmador ». D’après Foncine, le « Foulard de sang » a été créé pendant un camp commun aux 51ème et 131ème, à l’été 1936, dans le Languedoc ; l’idée est venue à Joubert au terme du grand jeu ; le programme d’un ordre chevaleresque est propre à Foncine et plus tardif. Le Foulard a naturellement gagné la 13ème et la 14ème et connu ensuite une histoire complexe. Les chroniques du Grenouille de la 1ère les Halles, par Foncine, paraissent dans Scout en 1946 ; ce garçon a existé ; C. P. en 1934, il était apprenti boulanger. Un staff de la troupe est représenté par Joubert lui-même dans Beau Manoir.

251ème Paris

La 251ème Paris est attestée en 1949. Le numéro 151ème était déjà pris par Saint-François-Xavier.

351ème Paris

<>La 351ème Paris est fondée, unitaire, en 1965, par des chefs qui lancent aussi le journal Raid. La paroisse est alors Notre-Dame-des-Victoires, mais la tradition de la « 1ère les Halles » continue. Cette troupe passe aux S. U. F. en 1971 ; elle disparaît c.f. 1985. Le clan (vert, bande orange) date de 1932 ; il est mentionné en 1948-1949 (« L’Eau vive », alias « clan des Halles ») ; il regroupe alors la 76ème, la 31ème et 132ème.

 

Le groupe a possédé, en 1932-1934, un journal, L’écho scout de Saint-Eustache.

 

Revenir en haut de page

52ème — 212ème Paris

Paroisse Notre-Dame-de-Lorette.

1929 — aujourd’hui (S. d. F.).

Paris Nord I. — Saint-Denys (Louvre).

 

52ème Paris

La 52ème Paris (« Sainte Élisabeth », bleu foncé, bande bleu clair) est affiliée au début de 1928, sous le nom de « sainte Élisabeth », qui pourrait suggérer une fondation primitive à Sainte-Marie-et-Sainte-Élisabeth-du-Temple, mentionnée en 1931, 1932, 1935, 1938 et 1945, mais le clan, commun aux deux troupes, ne date que de 1946 (même foulard). Elle envoie une délégation à Birkenhead, puis semble traverser un passage à vide en 1935-1938. Une patrouille « exploit » en 1947, les Cigognes : elle découvre, dans des fouilles à Cuis (Marne) des fossiles inédits (dessin de Gaulier dans Scout n° 221). La troupe est classée au jeu national « Feu vert » en 1959. Attestée (Pionniers) en 1967. Le local se trouvait, et se trouve encore, rue Choron.

212ème Paris

La 212ème Paris est attestée en 1949 et 1950 seulement, mais sa meute existe en 1958.

Le Clan

Le clan est attesté en 1947 et 1949, commun aux deux troupes ; il est alors très nombreux.

 

Ce groupe existe toujours, mais il ne porte plus son numéro. Il conserve cependant des souvenirs anciens. Il porte officiellement le nom de sa paroisse et celui de Saint-Jean-de-Montmartre, autrefois 31ème Paris.

 

Revenir en haut de page

53ème Paris

Paroisse Saint-Gervais-et-Saint-Protais.

1929 — †.

Paris Centre I.

 

La 53ème Paris (vert, bande bleue) est affiliée en 1929, mentionnée en 1931, mais pas en 1935 ni en 1937, ce qui laisse supposer qu’elle a disparu. Elle est mal connue. Une 153ème a aussi existé.

 

Revenir en haut de page

54ème Paris

c.f. 18ème (Saint-François-de-Sales) et 34ème (Saint-Léon-de-Grenelle).

 

Revenir en haut de page

55ème Paris

Cardinal Verdier puis La Fayette (paroisse Saint-Vincent-de-Paul).

1927 — aujourd’hui (S. d. F.).

Paris Nord II. — Saint-Denys (Saint Laurent).

 

La 55ème Paris (bleu, bande noire) est fondée en 1925 par la 9ème (Saint Bernard) d’Henri Gasnier, affiliée en 1927, mentionnée en 1929 et 1935, et très régulièrement par la suite, jusqu’aux années 1960. Elle est 56ème Raiders. Son local était 8, rue Pétrelle.

Le Clan

Le clan (« Saint Vincent de Paul ») est créé à une date inconnue, sans doute vers 1932 ; il était commun avec celui de la 9ème auparavant. Le nom du groupe est postérieur à sa fondation, puisque Mgr Verdier n’a été nommé archevêque de Paris qu’en 1929. En 1949, il forme avec les autres clans du district « Saint-Laurent » un clan unique, « Général Leclerc ».

 

Ce groupe existe toujours avec son numéro et son foulard, en concurrence avec un groupe S. U. F. fondé récemment, la 30ème.

 

Revenir en haut de page

56ème — 88ème — 95ème — 156ème — 256ème Paris

Paroisse Saint-Ambroise et lycée Voltaire.

1928 — aujourd’hui (S. d. F.).

Paris Est I. — Sainte-Jehanne-d’Arc (Popincourt).

 

56ème Paris

La 56ème Paris (gris clair, bande bleue) est fondée en 1927, affiliée le 28 novembre 1928, avec sa meute. Le premier aumônier est l’abbé Leclerc. Elle est mentionnée en 1931 (pont de bois sur une rivière avec la 88ème), 1933 et 1935, suspendue en 1947, mais elle survit et devient 85ème Raiders. Elle dépose le béret en février 1953, mais avec l’intention de la reprendre. Elle campe (non Raiders) en 1961 en commun avec la 88ème, la 178ème (Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours) et un chef de la 37ème de Charonne. Elle participe à « Entreprise 62 ». Les locaux étaient 33, avenue Parmentier, où les Comédiens-routiers donnent leur spectacle pour la fête de groupe en mai 1936.

88ème Paris

<>La 88ème Paris (gris clair, bande grenat, puis noir, bande rouge) est la troupe du lycée Voltaire, affiliée en 1929, attestée la même année et en 1936-1939, mais non en 1933-1935 (ce qui peut laisser supposer qu’elle a été suspendue un temps), 24ème Raiders, confirmée en 1957. Cette troupe, vers 1958-1962, est, sur sa lancée Raiders, la plus dynamique du quartier et offre ses camps à ses voisines dépourvues de chefs, la 178ème et la 56ème. Elle fournit aussi l’essentiel des animateurs du clan « Chant de joie ».

95ème Paris

La 95ème Paris (gris clair, bande verte) est fondée avant 1930. Elle est mentionnée en 1933 et 1935. Elle semble ne plus exister après-guerre.

156ème Paris

La 156ème Paris a disparu avant 1958.

195ème Paris

Une meute 195ème Paris est attestée en 1958, mais sans preuve pour ce groupe.

256ème Paris

La 256ème Paris est attestée en 1957. Elle n’existe plus en 1959, mais la meute est attestée encore en 1963.

Le Clan

Le clan (« Saint Ambroise », même foulard que la 56ème), affilié en 1932, était commun à ce groupe de grande taille ; il n’est pas intégré à un clan de district. En 1936, son chef est Jean de La Rancheraye. Après la guerre, ce clan, connu sous le nom de « Chant de Joie », avec le père de Metz-Noblat comme aumônier — Metz-Noblat était en même temps aumônier général, charge qu’il a quittée plus ou moins de force en 1958 pour prendre la direction d’un collège à Nancy —, est un des deux grands clans du district Paris est I puis IV (Popincourt), l’autre étant celui de Saint-Joseph, « Vives Clartés » ; il accueille des scouts d’autres groupes, y compris de la 37ème, qui est dans le district voisin de Paris est II, Ménilmontant, par son rayonnement et le simple fait que les garçons étaient souvent des camarades du lycée Voltaire.

 

Un groupe S. d. F. sans numéros existe toujours à Saint-Ambroise. Il n’est pas coéduqué ; toutes les unités sont en double.

 

Revenir en haut de page

57ème Paris

c.f. 38ème (Saint-Dominique).

 

Revenir en haut de page

58ème Paris

Paroisse Sainte-Rosalie.

1938 — †.

Paris Sud II puis III. — Sainte-Geneviève (Bièvre).

 

La 58ème Paris ayant disparu, en 1930, de Stanislas où elle avait été fondée d’abord, elle est refondée à Sainte-Rosalie, dans le XIIIe arrondissement, où elle attestée à la rentrée de 1938. Quel rapport avec la 158ème, non localisée, et la 258ème, à Saint-Jacques-du-Haut-Pas ?

 

Revenir en haut de page

59ème — 159ème — 129ème — 139ème Paris

Saint Sulpice (paroisse Saint-Sulpice).

1928 — aujourd’hui (S. U. F. années 1970).

Paris Centre I. — Sainte-Geneviève (Luxembourg).

 

59ème Paris

La 59ème Paris (amarante plain, écusson blanc) est fondée en 1927, affiliée en mai 1928, son clan en 1932. Le groupe tient 1928 pour la date de sa fondation. Elle envoie une délégation à Birkenhead. Le futur général de La Porte du Theil en a été le second C. T., alors que son fils Michel était déjà scout, le C. T. fondateur étant malade. Il devient ensuite C. Pr. jusqu’en 1935, puis modestement C. A. Pr., et le reste jusqu’en 1940. Mentionnée en 1931, 1935, 1937, etc. Le local de la troupe (et du groupe) est 68, rue d’Assas. Elle est 9ème Raiders, elle participe à l’« Entreprise 62 ».

159ème Paris

La 159ème Paris (amarante plain, écusson gris) est peu connue, mais c’est la seconde troupe en ancienneté du groupe. Elle est attestée en 1934-1935, en même temps que la 59ème. Elle est Raiders, comme toutes les autres troupes du groupe, et investie de nouveau en mai 1954 ; en 1967, Pionniers, elle a un ancien autobus de la R. A. T. P. Sa meute est attestée en 1963.

129ème Paris

La 129ème Paris (amarante plain, écusson or et noir en pointe) est fondée à une date inconnue, mais certainement antérieure à 1936 (il existe une meute 129ème Paris en 1935). « 129ème » est vraisemblablement le numéro d’ordre, contrairement à « 159ème », qui était un numéro de doublon. Cette troupe est 68ème Raiders.

139ème Paris

La 139ème Paris (foulard inconnu) est attestée une seule année, en 1936-1937 ; la meute, toutefois, existe en 1958.

Le Clan

Le clan (« Saint Sulpice »), commun au groupe, portait amarante plain. Il est affilié en 1932, mentionné en 1951.

 

Lors du passage aux S. U. F., le groupe prend le numéro de 29ème Paris (un numéro qui appartenait auparavant à Saint-François-de-Sales) et change de foulard. Les unités féminines proviennent, ce qui est rare, des G. d. F. Le groupe actuel possède une meute 92ème, par inversion des chiffres. Le groupe S. d. F. de Notre-Dame-des-Champs veut descendre aussi de Saint-Sulpice (c.f. 83ème).

Revenir en haut de page