Imprimer

Accueil » Histoire » Scoutisme à Paris » Troupes 150ème à 199ème PARIS

Histoire des troupes 150ème à 199ème PARIS

Troupes

150ème - 151ème - 152ème - 153ème - 154ème - 155ème - 156ème - 157ème - 158ème - 159ème - 160ème - 161ème - 162ème - 163ème - 164ème - 165ème - 166ème - 167ème - 168ème - 169ème - 170ème - 171ème - 172ème - 173ème - 174ème - 175ème - 176ème - 177ème - 178ème - 179ème - 180ème - 181ème - 182ème - 183ème - 184ème - 185ème - 186ème - 187ème - 188ème - 189ème - 190ème - 191ème - 192ème - 193ème - 194ème - 195ème - 196ème - 197ème - 198ème - 199ème - 258ème - 208ème

 

150ème Paris

vacant.

 

Revenir en haut de page

151ème Paris

c.f. 131ème (Saint-François-Xavier).

 

Revenir en haut de page

152ème Paris

? 1939 — aujourd’hui (F. S. E.).

Sainte-Geneviève.

 

La 152ème Paris est une troupe inconnue (province Sainte-Geneviève), attestée en 1950, qui serait devenue dès 1962-1963 la Ve Paris F. S. E., aujourd’hui à Sainte-Jeanne-de-Chantal (paroisse qui se trouvait dans la province du Vieux-Loup et possédait un autre groupe, la 138ème). Parmi ses chefs d’origine, Maurice Magne, futur commissaire fédéral français de la F. S. E. Néanmoins, le passage à la F. S. E. doit être plus tardif, ou bien seuls quelques éléments de la 152ème seraient passé aux jeunes Scouts d’Europe, car on connaît encore une meute 152ème bis en 1964 ! Elle a alors un dominicain pour aumônier. Pas de rapport avec la 52ème, qui n’est pas de la même province. Un certain nombre de paroisses sont possibles : Saint-Nicolas-du-Chardonnet, Saint-Germain-des-Prés, Notre-Dame-du-Travail, ou bien un lycée, ou encore, car on sait qu’un groupe « Saint Jacques de la Glacière » existait en 1958, au couvent dominicain de Saint-Jacques, rue de la Glacière, dans le XIIIe arrondissement.

 

Revenir en haut de page

153ème Paris

?

Sainte-Jehanne-d’Arc.

 

La 153ème Paris est attestée en 1947 et 1949 dans la province de Saint-Louis puis Sainte-Jehanne-d’Arc, mentionnée en 1962 (« Entreprise 62 ») et en 1969 comme poste Pionniers. La meute est attestée en 1947 et 1964. La 53ème était dans la même province, mais en 1949, elle n’existait plus.

 

Revenir en haut de page

154ème Paris

vacant ?

 

Aucune mention n’en a été trouvée. Le numéro est utilisé aujourd’hui par Gerson.

 

Revenir en haut de page

155ème — 172ème — 258ème Paris

Paroisse Saint-Jacques-du-Haut-Pas.

Avant 1947 — aujourd’hui (S. d. F.).

Sainte-Geneviève (Montagne).

 

155ème Paris

La 155ème Paris est une troupe peu connue, sans doute antérieure à 1947, 10ème Raiders. Son numéro est le numéro d’ordre, comme « 172ème ». Elle est attestée en 1949 et 1958.

172ème Paris

La 172ème Paris est attestée en 1946 ; on n’en sait rien d’autre.

258ème Paris

La 258ème Paris n’est pas attestée dans les revues, mais c’est le numéro que porte aujourd’hui le groupe S. d. F. de Saint-Jacques-du-Haut-Pas (rouge, bande bleue), ce qui est fort mystérieux : ce n’est pas un doublon de l’éphémère 58ème de Stanislas, ni de la 158ème, qui n’est pas de la même province et, dans les années 1950, on ne se servait plus guère des numéros d’ordre…

Le Clan

Le clan (« Saint François d’Assise » ?) est attesté en 1947.

 

Revenir en haut de page

156ème Paris

c.f. 56ème (Saint-Ambroise).

 

Revenir en haut de page

157ème Paris

c.f. 38ème (Saint-Dominique).

 

Revenir en haut de page

158ème Paris

?

Sainte-Jehanne-d’Arc.

 

A existé (province Saint-Louis). Meute attestée en 1958. Sans lien apparent avec les deux 58ème (Stanislas ou Sainte-Rosalie). Vraisemblablement créée vers 1947, mais où ?

 

Revenir en haut de page

159ème Paris

c.f. 59ème (Saint-Sulpice).

 

Revenir en haut de page

160ème Paris

c.f. 60ème (Bossuet).

 

Revenir en haut de page

161ème Paris

c.f. 61ème (Saint-Médard).

 

Revenir en haut de page

162ème Paris

c.f. 62ème (Saint-Joseph).

 

Revenir en haut de page

163ème Paris

?

Vieux-Loup.

 

La 163ème Paris de 1948 appartient à la même province que l’ancienne 63ème des Orphelins d’Auteuil. Il s’agit peut-être (mais peut-être seulement) d’un redémarrage du groupe, ou bien d’un groupe de lycée. La meute 263ème Paris est attestée en 1964.

 

Revenir en haut de page

164ème Paris

c.f. 64ème (Saint-Thomas-d’Aquin).

 

Revenir en haut de page

165ème Paris

?

La 165ème Paris existe en 1949-1950 ; attestée en 1958 et 1960, elle relance la 157ème en 1957, mais elle n’appartient sans doute pas au même groupe. On connaît aussi d’énigmatiques meutes 265ème et 365ème, plus une meute 165ème B en 1958 !

 

Revenir en haut de page

166ème Paris

c.f. 66ème (Notre-Dame-du-Rosaire).

 

Revenir en haut de page

167ème Paris

c.f. 67ème (Saint-Séverin).

 

Revenir en haut de page

168ème Paris

c.f. 68ème (Saint-Christophe-de-Javel).

 

Revenir en haut de page

169ème Paris

vacant.

 

Revenir en haut de page

170ème Paris

c.f. 110ème (Saint-Étienne-du-Mont).

 

Revenir en haut de page

171ème Paris

c.f. 131ème (Saint François-Xavier).

 

Revenir en haut de page

172ème Paris

c.f. 155ème (Saint-Jacques-du-Haut-Pas).

 

Revenir en haut de page

173ème Paris

c.f. 113ème (Saint-Antoine-de-Padoue).

 

Revenir en haut de page

174ème Paris

c.f. 74ème (Saint-Honoré-d’Eylau).

 

Revenir en haut de page
175ème Paris

c.f. 74ème (Saint-Honoré-d’Eylau).

 

Revenir en haut de page

176ème Paris

c.f. 36ème (Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle).

 

Revenir en haut de page

177ème (d’abord 92ème) Paris

Œuvre des Otages puis paroisse Notre-Dame-des-Otages.

1929-1933, puis années 1940 — aujourd’hui (S. d. F.).

Paris Est II. — Sainte-Jehanne-d’Arc (Ménilmontant).

 

La 92ème Paris est fondée au début de 1930 au patronage des Otages, alors tenu par les Jésuites (la paroisse elle-même ne date que de 1961). Elle doit disparaître assez vite, car une 92ème réapparaît à Saint-Ferdinand-des-Ternes (c.f. 82ème), mais pas avant 1933, époque où elle a pour C. T. Robert Pasteau, saint-cyrien et aviateur, un des fondateurs des « Scouts de l’air » (c.f. 135ème), mort pour la France en 1940. La 177ème Paris est attestée comme meute en 1949 ; la troupe doit dater de 1947 et 177ème est peut-être son numéro d’ordre. Elle est Raiders en 1955, confirmée en 1957, mais elle ne l’est plus en 1961. Elle existe toujours, comme troupe S. d. F., avec son numéro (blanc, bande orange).

 

Revenir en haut de page

178ème — 208ème Paris

Paroisse Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours.

1945 ? — années 1960.

Sainte-Jehanne-d’Arc (Popincourt).

 

La 178ème Paris est probablement créée en 1945, attestée en 1949, 1955 et 1961, année où elle manque de chefs. Elle ne doit pas survivre aux années 1960. Probablement fondée par la 78ème (Saint-François-d’Assise), qui est voisine, même si Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours est dans le XIe arrondissement, donc dans un autre district. La 208ème Paris est attestée en 1949, 1950 et en 1961. Elle appartient à ce groupe.

 

Revenir en haut de page

179ème Paris

?

Saint-Denys.

 

La 179ème Paris est une troupe inconnue, attestée en 1958, qui devient la VIIe Paris F. S. E. dès 1962-1963. Maurice Ollier, fondateur de Carrick et successeur de Géraud-Kéraod à la tête de l’U. I. G. S. E., en est membre. Ce n’est pas une troupe Bleimor.

 

La VIIe Paris F. S. E. disparaît vers 1980. Ce n’est pas la même troupe que la terrible VIIe Paris qui est aujourd’hui en rupture de ban ; celle-ci se tient pour créée en 1973 seulement, directement au sein de la F. S. E. et sous le numéro « XVIIe ». Aucun rapport non plus, semble-t-il, avec la 79ème (Saint-Joseph-des-Épinettes), bien que la province soit la même.

 

Revenir en haut de page

180ème Paris

? 1946 — †.

 

Troupe inconnue remontant à 1946, province du Vieux-Loup. Attestée en 1957 ; « Entreprise 62 ». Ce n’est pas la même province que la 80ème. On peut proposer la chapelle Saint-François de la rue Molitor, qui possède aujourd’hui un groupe S. d. F., mais aussi un des lycées du sud du XVIe arrondissement, Molière, Jean-Baptiste-Say, La Fontaine, Claude-Bernard…

 

Revenir en haut de page

181ème Paris

c.f. 81ème (Saint-Paul-Saint-Louis).

 

Revenir en haut de page

182ème Paris

vacant.

 

Revenir en haut de page

183ème Paris

c.f. 83ème (Notre-Dame-des-Champs).

 

Revenir en haut de page

184ème Paris

vacant.

 

Revenir en haut de page

185ème Paris

Paroisse Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux.

1946 — † (S. U. F. 1983).

Sainte-Jehanne-d’Arc (Notre-Dame).

 

Troupe tardive (1946 ?) qui, restée unitaire avec l’appui de la plus puissante 27ème (Saint-Philippe-du-Roule), est passée aux S. U. F. en 1983. À la fin des années 1980, elle déménage à Sainte-Marie-et-Sainte-Élisabeth-du-Temple. Elle n’existe plus.

Le Clan

Le clan était vraisemblablement, à partir de 1948, « Étoile du Berger », le clan du secteur Notre-Dame.

 

Revenir en haut de page

186ème Paris

c.f. 86ème (Notre-Dame-de-l’Assomption-de-Passy).

 

Revenir en haut de page

187ème Paris

c.f. 87ème (Vieux Loup).

 

Revenir en haut de page

188ème Paris

Paroisse Sainte-Hélène.

1946 — aujourd’hui (S. d. F.).

Saint-Denys (Montmartre).

 

La 188ème Paris est fondée vers 1946, peut-être par la 88ème de Saint-Ambroise, dans une paroisse créée dix ans plus tôt. Elle est attestée en 1947, date où une patrouille remporte un « exploit », en 1949 et en 1957, date où elle a gagné, dans un concours, et avec l’aide de Pierre Bellemare, ancien de la 14ème, un autobus parisien qu’elle offre, semble-t-il, au patronage paroissial. Le clan est attesté en 1949, mais très peu nombreux.

 

La paroisse possède toujours un groupe S. d. F.

 

Revenir en haut de page

189ème Paris

vacant.

 

Revenir en haut de page

190ème Paris

vacant.

 

Revenir en haut de page

191ème Paris

c.f. 131ème (Saint-François-Xavier).

 

Revenir en haut de page

192ème Paris

c.f. 82ème (Saint-Ferdinand-des-Ternes).

 

Revenir en haut de page

193ème Paris

c.f. 39ème (Saint-Lambert-de-Vaugirard).

 

Revenir en haut de page

194ème Paris

c.f. 34ème (Saint-Léon-de-Grenelle).

 

Revenir en haut de page

195ème Paris

c.f. 56ème (Saint-Ambroise).

 

Revenir en haut de page

196ème Paris

c.f. 64ème (Saint-Thomas-d’Aquin).

 

Revenir en haut de page

197ème Paris

c.f. 97ème (Henri-IV).

 

Revenir en haut de page

198ème Paris

vacant.

 

Revenir en haut de page

199ème Paris

c.f. 99ème (La Roquette).

Revenir en haut de page