Imprimer

Accueil » Chroniques » Chronique Spirituelle

La Chronique Spirituelle

Quand la Troupe se réunit, elle joue, elle chante, elle s'amuse mais surtout elle prie. Pour prier, la Troupe s'appuie sur un grand personnage de l'Eglise.

Lors du camp de Pâques Blois 2010, la Troupe s'est appuyé sur le co-patron de l'Europe, Saint Benoît de Nursie.

 

 

Saint benoît de Nursie

 

Saint Benoit est né en 480 après Jésus-Christ en Nursie, une province d’Italie. Il était le fils d’un noble romain. La tradition liée à sa vie fait de Scolastique sa sœur jumelle. Son enfance se déroula à Rome, où il vivait avec ses parents et allait à l’école. Plus tard, il s’orienta vers des études littéraires, qui commencèrent à lui ouvrir les yeux en le rendant plus mature que ses camarades.

 

 

 

Petit à petit, il entrevit le choix qui s’imposait à lui. Il devait ou mener la même vie que ses compagnons, c’est-à-dire, une existence dissolue et débauchée, ou choisir la voie que Dieu dessinait devant lui, celle des Evangiles.
Saint Grégoire s’exprime sur son choix en ses termes :
« Méprisant donc l’étude des lettres, il se mit en quête d’un genre de vie sainte. Aussi se retira-t-il, savamment ignorant et sagement inculte. ». Il fit le choix de cette vie saint aux alentours de 500 après Jésus-Christ.

 

 

 

Saint Benoît se retira donc à Effide. Le livre II des Dialogues de Grégoire le grand raconte qu'arrivée là, sa nourrice cassa un crible qui lui servait à tamiser le froment. Chagrinée, elle se mit à pleurer. Benoît alors rassembla les parties brisées et fit une prière, le crible fût miraculeusement reconstituée. Ce serait le premier miracle de Saint Benoit.

Il fut ensuite initié à la vie monastique dans la région de Subiaco, où il demeura à plusieurs reprises dans une caverne, en tant qu’ermite. La légende raconte que pendant plusieurs années, il ne vit personne, sa nourriture étant apportée de façon discrète par un de ses disciples. Sa renommée grandit rapidement, et de nobles familles romaines lui envoyèrent  leurs enfants en tant qu'oblats (qui destiné à la vie ecclésiastique).

 

A cause d'un conflit avec un prêtre local, il partit vers 530 sur le Mont Cassin, où il fonda une abbaye à l'emplacement d'un ancien temple dédié à Apollon. C'est là qu'il rédige la règle de saint Benoît, qu'il achève en 540.
Alors, s’ensuit sept années pendant lesquels benoit s’efforce de faire connaitre sa règle dans toute l’Italie, puis dans toute l’Europe. Il meurt en 547, après avoir réalisé son désir, fonder un ordre ecclésiastique, les bénédictins.

 

 

 

Son influence fut considérable sur la monachisme en Occident et dans le monde entier, ainsi que sur toute la vie intellectuelle du christianisme. Sa règle est toujours aujourd’hui un idéal de vie en collectivité. Cette règle fut reprise par Benoît d'Aniane au IXe siècle, avant les invasions normandes : il la commente, et est à l'origine de son expansion dans toute l'Europe carolingienne, à travers notamment les ordres de Cluny et de Cîteaux.

 

La vie que mena Saint Benoît fut un modèle pour toutes les personnes de sont époque, elle ne continue pas moins de l'être pour nous, chrétiens. C'est pour nous rapeller combien il est important de se souvenir d'un grand Saint comme celui là pour progresser dans la foie que la pape actuel, Benoît XVI a pris ce nom.

 

 

"L'oisivité est l'ennemi de l'âme"

<> Saint Benoît

 

<>Jean Baptiste